Est-ce que votre air intérieur SparkJoy?

Est-ce que votre air intérieur SparkJoy?

25 octobre 2019 0 Par admin

Prioriser la santé par l’air que vous respirez: une approche axée sur les données pour des bâtiments sains

Les gens, les bâtiments et la planète sont inextricablement liés dans une relation complexe qui peut constituer un cercle vertueux dans lequel des lieux durables dans nos villes favorisent des modes de vie sains qui engendrent une planète saine. ou un chemin insoutenable vers le malaise planétaire, comme nous le sommes aujourd’hui. Il faut du temps pour modifier les normes de la société et les comportements humains, tels que l’abandon du confort physique tel que les voitures et la climatisation, l’achat de moins de vêtements et l’adoption d’un régime alimentaire à base de plantes; et redéfinir ce que signifie une bonne vie.

Cue le mouvement de la pleine conscience et sa ramification ordonnée, la méthode Konmari ™ et le mouvement de la joie des étincelles. Deux messages sont enchâssés dans le message (je ne répondrai pas à leurs critiques: comment est-ce un premier problème mondial dû au consumérisme et comment semble-t-il encourager le gaspillage?). Premièrement, que consommons-nous (manger, respirer et utiliser) quotidiennement? et deuxièmement, comment le faisons-nous en pleine conscience?

Bien que nous ne puissions pas garder l’air comme nous tenons un vêtement et que nous nous demandions: «Est-ce que cela suscite de la joie?», Nous pouvons certainement découvrir la valeur nutritionnelle de notre air, tout comme les étiquettes des produits alimentaires. La croyance sous-jacente est qu’en prenant soin de votre environnement (qu’il soit immédiat ou dans son ensemble), nous prenons soin de nous-mêmes.

Est-ce que ça sent le frais?

Imaginez l’odeur de la campagne après une douche printanière. Cela ne vous attire-t-il pas et vous donne-t-il envie de respirer un peu plus profondément? J’espère bien! Cependant, ce n’est pas une option pour la plupart d’entre nous aujourd’hui, où 91% de la population mondiale vit dans des endroits où la qualité de l’air dépasse les limites recommandées par l’Organisation mondiale de la santé. Bien que nous ne puissions pas toujours choisir où nous vivons, nous pouvons faire des progrès en termes d’environnement intérieur, où nous passons 90% de nos vies.

Des recherches effectuées dans le passé par l’Environmental Protection Agency ont montré que l’air intérieur contient jusqu’à 2 à 5 fois plus de composés organiques volatils («COV») que l’air extérieur en raison des produits chimiques présents dans les bâtiments, ce qui peut avoir une incidence sur la santé des yeux et de la gorge. irritation aux maladies respiratoires et au cancer. Certaines sources incluent des matériaux de construction utilisés pendant les processus de construction et de rénovation, tels que les peintures, les adhésifs pour papiers peints et les tapis; d’autres sont dus à l’utilisation de produits chimiques dans notre vie quotidienne pour le nettoyage et le contrôle des odeurs, tels que les détergents à lessive, les boules à mites et les bougies allumées.

Les COV courants incluent:

Benzène (un cancérigène connu), acétone, toluène et formaldéhyde que l’on trouve dans les peintures, la colle, les vernis et les laques
Butanal, des bougies allumées et des cigarettes
Terpènes et diclorobenzène, présents dans les produits parfumés
Le benzène (encore) et le xylène provenant des voitures et des émissions au ralenti.

Celles-ci sont celles que nous connaissons aujourd’hui, mais comme les experts le qualifient de «substitution regrettable», les fabricants jouent à un jeu chimique toxique en substituant de nouveaux produits chimiques à ceux qui ont été interdits. Nous, les consommateurs, avons essentiellement besoin de repenser nos habitudes de consommation.

Savoir ce qu’il contient pour le rendre meilleur
La première étape de la récupération consiste à être honnête avec nous-mêmes et à découvrir ce que contient notre air grâce aux données sur la QAI (qualité de l’air intérieur). Les nouveaux bâtiments le mesurent à un certain niveau, car ils seraient équipés de systèmes modernes de gestion des bâtiments pour contrôler le chauffage, la ventilation et la climatisation. Il existe généralement 3 mesures clés utilisées pour mesurer la qualité de l’air intérieur. Premièrement, les P2,5, qui mesurent la présence de fines particules suffisamment petites pour pénétrer dans votre circulation sanguine; deuxièmement, le dioxyde de carbone («CO2») et, enfin, les COV totaux provenant d’autres produits chimiques dégageant des gaz, tels que ceux mentionnés ci-dessus.

Les normes de construction évoluent. De nombreuses certifications de bâtiments écologiques mesurent l’état de réalisation, mais il est tout aussi important d’obtenir des données en temps réel, en particulier en ce qui concerne la santé. Chez MANN + HUMMEL, nous travaillons avec RESET ™, une norme basée sur les performances qui prend en charge la transparence des données et aide les gens à comprendre l’état actuel de la QAI. La question est la suivante: si vous portez déjà un fitbit pour mesurer votre état de santé actuel et que vous savez maintenant que l’air a un tel impact sur votre santé, pourquoi ne voudriez-vous pas un fitbit pour votre immeuble?

Que pouvez-vous faire?

Les individus ont beaucoup plus d’influence et de pouvoir qu’il ne leur en revient. En tant qu’individu, vous pouvez agir en suivant les étapes suivantes. Tout d’abord, en accordant la priorité à votre santé et en vous y engageant. Fort de cette perspective, posez les bonnes questions à l’équipe des installations de votre immeuble, telles que:

Quelle est la QAI dans votre immeuble?

Les directives de l’OMS recommandent un niveau de PM2,5 <10 µg / m3
RESET ™ recommande un niveau de COVT de 0,4 mg / m3
Diverses normes recommandent entre 600 et 1000 ppm de CO2
Réglez les températures dans les espaces intérieurs entre 23 et 25 ° C (en été) et entre 20 et 23 ° C (en hiver). Cela évite non seulement le syndrome des bâtiments malsains, mais réduit également la consommation d’énergie.
De plus, vous pouvez également améliorer votre QAI par des étapes simples et pratiques, à la maison ou au travail, en passant par les étapes suivantes:

Utiliser des plantes d’intérieur pour purifier l’air
Séparer le photocopieur dans une buanderie ou, mieux encore, sans papier!
Sortir pour déjeuner plutôt que pour manger à votre bureau – un foyer de germes, qui est aussi une occasion de sortir pour une promenade
Enfin, soyez conscient du produit chimique que vous introduisez dans votre espace, qu’il s’agisse de parfums, de bougies parfumées ou d’assainisseurs d’air. Certains sont naturels, d’autres non, alors lisez bien les étiquettes!