Ce n’est pas si facile d’être vert

Ce n’est pas si facile d’être vert

25 octobre 2019 0 Par admin

L’iconique Bosco Verticale – ou forêt verticale – achevé en 2014 par les architectes Stefano Boeri à Milan, en Italie, est sans doute l’un des bâtiments les plus reconnaissables de la dernière décennie. Il est souvent utilisé comme une imagerie inspirante pour le mouvement des bâtiments écologiques en raison de son intégration novatrice d’une forêt verticale sur 44 étages sur deux tours.

Avec la publication du rapport de WorldGBC intitulé «Bringing Embodied Carbon Upfront», qui appelle à prendre des mesures urgentes pour lutter contre le carbone incorporé et initial, nous examinons de plus près ce projet novateur: explorer les avantages de ses caractéristiques de durabilité et la manière dont il a relevé le défi. de prendre en compte les émissions sur l’ensemble du cycle de vie, à la fois opérationnelles et incorporées; les compromis et les co-bénéfices, et les leçons pour les projets futurs.

Bosco Verticale est un exemple fantastique de bâtiment qui résume les thèmes de la campagne «Construire la vie» de la Semaine mondiale du bâtiment durable de 2019, avec ses méthodes de pensée novatrices pour créer sa magnifique façade verte. Les deux tours résidentielles abritent 2 280 m2 d’arbres et d’arbustes, présentant une coquille vert tendre plutôt que du béton, de la brique ou du verre urbains typiques. Avec un ratio de deux arbres, huit arbustes et 40 arbustes pour chaque occupant, le bâtiment est défendu comme une “tour d’arbres occupée par des humains”.

Cette quantité de végétation verte apporte de nombreux avantages:

Pollution La verdure sert de tampon entre la ville et les appartements en absorbant les particules polluantes, le bruit et le piégeage de carbone, tout en produisant de l’oxygène et en améliorant la qualité de l’air.

Efficacité énergétique La façade verte réduit la consommation d’énergie en raison de l’isolation accrue contre les températures extérieures et l’ombrage. Cela permet de garder le bâtiment plus frais en été (réduction de près de 3 degrés) et plus chaud en hiver, ce qui réduit le besoin de refroidissement actif et de chauffage des espaces intérieurs. Une étude a établi à 7,5% la réduction de la consommation d’énergie annuelle tirée de cette seule caractéristique seulement [1]. Dans l’ensemble, le bâtiment a été conçu pour réduire considérablement la consommation d’énergie par rapport à un bâtiment typique de Milan.

Biodiversité Accueillant une centaine d’espèces de plantes différentes, la façade promeut la biodiversité en offrant un oasis urbain vertical aux oiseaux nicheurs et à la faune.

Îlot de chaleur urbain Les avantages de la façade en termes de refroidissement contribuent à réduire les températures à proximité du bâtiment. Cela réduit encore les besoins en capacité de refroidissement et l’effet îlot de chaleur urbain souvent observé dans les villes en raison de la masse thermique de béton et d’asphalte absorbant les rayons du soleil, ce qui signifie que les centres-villes sont généralement plusieurs degrés plus chauds que la campagne environnante.

Confort interne Les ombrages de la façade verte permettent un contrôle naturel de la température, une gestion de la lumière et une qualité de l’air améliorée. Pendant les mois d’été, certains résidents se fient uniquement à la ventilation naturelle pour obtenir une température interne confortable. En cas de températures extérieures extrêmes, un système de refroidissement passif au sol, alimenté par les eaux souterraines, aide également à prévenir la surchauffe.

Satisfaction des occupants Les résidents de l’immeuble ont exprimé un degré élevé de satisfaction concernant le niveau de confort et les espaces verts en plein essor.

Tout cela distingue Bosco Verticale des bâtiments traditionnels, créant ainsi un point central frappant dans le réaménagement de la région de Porta Nuova, profitant à ses résidents, ainsi qu’à la grande zone urbaine et à la ville tout au long de sa vie.

La performance opérationnelle améliorée du bâtiment a-t-elle donc un coût pour les émissions incorporées?
Afin de supporter les vastes jardinières abritant la «façade verte», les architectes ont conçu des terrasses en béton en porte-à-faux pour supporter le poids supplémentaire de la végétation. Cela signifiait que des matériaux de construction supplémentaires étaient utilisés dans sa construction et donc ajoutés aux émissions incorporées et aux ressources naturelles nécessaires pour obtenir les avantages décrits ci-dessus. La quantité de béton nécessaire a été réduite grâce à des mesures telles que la composition du sol pour les planteurs – un mélange de sol agricole, de matière organique et de matière volcanique – permettant de réduire le poids des balcons.

Comme l’indique sa certification LEED Gold, une analyse complète des économies d’émissions de carbone a été réalisée pour estimer les avantages de la mise en œuvre des installations. Une approche holistique garantissait que la végétation était un élément clé du bâtiment, pas simplement pour son esthétique, mais en tant que caractéristique technique permettant d’obtenir des avantages pour le bien-être environnemental et humain. L’utilisation de l’eau pour le système d’irrigation était une considération de conception importante. L’augmentation de la consommation d’énergie requise pour pomper l’eau est compensée par un système de pompe alimenté par l’énergie solaire. L’approvisionnement en eau supplémentaire nécessaire provient d’une source d’eau souterraine, ce qui n’a donc pas d’incidence négative sur une source d’eau potable.

L’énorme succès du projet a conduit à l’exportation du concept à différentes échelles et dans différents pays du monde, notamment aux Pays-Bas, en Suisse, en Chine et en France. Au fur et à mesure que la prise de conscience autour des émissions de cycle de vie a évolué, l’exploration de matériaux de construction alternatifs et d’autres solutions techniques pour réduire la structure en porte-à-faux et les charges afin de préserver les avantages opérationnels de la forêt verticale, tout en réduisant les émissions de carbone intrinsèque.

Par exemple: La Forêt Blanche à Paris est entièrement conçue avec une structure en bois pouvant supporter 400 arbres. Cette option de conception réduira l’impact du bâtiment sur les émissions tout au long de la vie en utilisant des matériaux à base de carbone plus bas, sous la forme de bois provenant de sources durables.

Raffiner le modèle
Bosco Verticale propose une approche innovante pour relever certains des défis les plus critiques auxquels est confronté le développement urbain; utiliser de nouvelles pratiques et façons de penser pour réduire les émissions de carbone. Sa conception innovante a activement contribué à créer un environnement bâti plus vert, plus sain et plus résistant au climat pour ses résidents et pour Milan.

L’introduction de la conception de façade verte a permis de réaliser de nombreux avantages qui pourraient être supérieurs aux émissions incorporées supplémentaires dues aux matériaux de construction supplémentaires nécessaires à sa réalisation. Toutefois, étant donné que cette approche repose sur des matériaux de construction supplémentaires, augmentant en définitive les émissions intrinsèques, les projets futurs doivent encore révolutionner le concept en équilibrant les avantages d’une verdure améliorée avec des solutions innovantes aux matériaux supplémentaires nécessaires. Cela sera crucial car le secteur du bâtiment et de la construction redoublera d’efforts pour réduire de manière significative les émissions initiales générées par les nouveaux bâtiments et cherchera à commercialiser des solutions alternatives à faibles émissions de carbone.

Les architectes Stefano Boeri poursuivent leurs recherches sur les aspects scientifiques, techniques, économiques et sociaux de leurs conceptions, s’adaptant à des applications spécifiques et affinant l’approche de conception de «villes forestières» complètement durables et intelligentes.

Des bâtiments tels que Bosco Verticale peuvent donc agir comme catalyseurs des changements nécessaires pour atteindre nos objectifs de réduction des émissions de carbone, d’une manière qui inspire et met au défi le secteur de réévaluer la manière dont les bâtiments peuvent servir la société.